Le deuil national était une opportunité pour le régime de montrer qu’il peut faire autre chose que frauder, voler, violenter, tribaliser la scène politique.

Malheureusement dès que Yaoundé sort de ces sentiers, il suffoque et a du mal à exister. 

Hier était journée de deuil national avec un certain nombre d’actions prévues dont le point culminant était le palais des sports de Yaoundé. Sauf que ce palais des sports qui a vu défiler les hommes de Dieu est resté désespérément vide. Preuve que le public n’a pas adhéré au projet. Et pourquoi donc ? Serait-on tenté d’interroger.

La réponse est simple pour moi : c’est que les organisateurs sont incompétents en plus de n’avoir pas eu le cœur à l’ouvrage. Et pour tout dire, on peut même douter de la sincérité de leurs larmes. Car si la vie de nos compatriotes était leur préoccupation, il y a bien longtemps qu’ils auraient organisé un dialogue sincère et inclusif pour arrêter cette sale guerre.

Qui est assez naïf pour croire que Yaoundé ne sait pas qu’un vrai dialogue c’est la seule chose qui ramènera la paix au NOSO ?

« Celui qui sème la guerre doit cesser de récolter les larmes de crocodile » . Sinon, il va les récolter seul comme c’était le cas hier au palais des sports de Yaoundé.


Mon conseil :

Si vous voulez faire foule la prochaine fois, n’oubliez pas d’annoncer que tous ceux qui seront présents recevront une tranche de pain-sardine, en plus de l’argent de taxi. C’est le prix à payer pour faire foule quand on est rejeté.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar