Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Au moins 32 personnes sont mortes de choléra depuis le début de la nouvelle épidémie déclarée en novembre 2021. Au total, 1102 cas ont été recensés dans cinq régions, a annoncé le Ministre de la Santé Publique, ce mercredi 09 février 2022.

Au Cameroun, une épidémie de choléra, déclarée en novembre 2021, continue de faire des victimes. Rendus à février 2022, 32 personnes sont déclarées mortes de choléra, pour un total de 1102 cas positifs identifiés. Soit, un taux de létalité de 2,8%, selon un rapport épidémiologique rendu publique par le Ministère de la Santé, cette semaine.

Dans un communiqué, le Ministre de la santé dresse un bilan de l’évolution de la crise situation sanitaire. Les premiers cas de choléra sont apparus dans le district de santé d’Ekondo Titi, dans la région du Sud-ouest, fin octobre 2021. Par la suite, la maladie s’est étendue aux localités voisines.

Il s’agit notamment des districts de santé de Bakassi, Limbe, Mbongue et Buea. Au moins trois malades sont morts dans cette dernière ville, chef-lieu de la région. Au total, la région du Sud-ouest comptabilise plus de 418 cas de choléra déclarés.

Par ailleurs, on dénombre également des cas positifs dans la région du Littoral, le 16 janvier dernier. Notamment, dans le district de santé de Melong, dans le département du Moungo. Là, au moins deux personnes ont succombé à la maladie. Cette région côtière compte 16 cas de choléra déclarés.

Autres régions touchées, la région du Sud, notamment, le district de santé de Kribi, apprend-on. Une dizaine de cas recensés dans la région du Centre. Dans la région de l’Extrême-nord, un cas confirmé dans le district de santé de Fotokol, le 29 janvier. Le Ministre de la santé indique que « le système de surveillance épidémiologique mis en alerte » demeure attentif à l’évolution de la situation.

Manaouda Malachie précise qu’une « équipe pluridisciplinaire est à pied d’œuvre pour endiguer cette épidémie, mais davantage, éviter sa propagation vers d’autres régions ». Poursuivant, le Minsanté annonce fait état des mesures urgentes prises dans la stratégie de riposte des pouvoirs publics. Laquelle se traduit par « la prise en charge gratuite des malades, la sensibilisation, la désinfection des ménages et communautés ». Dans le même temps, « des kits de potabilisation de l’eau ont été mis à disposition des communautés touchées », peut-on lire dans le communiqué.

En outre, des campagnes de vaccination doivent débuter 18 février prochain, dans les districts de santé touchés par cette épidémie. En attendant, les autorités sanitaires continuent de sensibiliser aux gestes de prévention du choléra. Il est donc recommandé, l’observance des règles d’hygiène de base. Entre autres, le lavage systématique des mains, à l’eau propre coulante et au savon. Mais aussi, le lavage des aliments à l’eau potable avant consommation, ainsi que la cuisson optimale des aliments.

Share:

Avatar

editor