Je reviens sur ces 3 concepts dont les Camerounais ne comprennent pas encore la différence.

Une fois de plus, les trois ne se distinguent pas dans l’ETENDUE des droits de la Région. Une Région décentralisée peut avoir plus de prérogatives qu’un État fédéré. Par exemple, les Régions de la Grande Bretagne (Ecosse, Irlande, Angleterre, etc.) ont plus de droits que les Lander allemands puisqu’elles peuvent présenter chacune une équipe nationale de football dans un Mondial.

De même, les Régions de la France ont plus de prérogatives que certains États de la Fédération de Russie. En Espagne, les Régions autonomes sont plus libres que les États de l’Autriche qui est fédérale.

Il n’y a donc aucune différence en termes d’étendue des droits entre les 3 concepts.

La différence est dans la NATURE de ces droits :

  1. Dans LA DECENTRALISATION ADMINISTRATIVE, les droits des Régions sont dits « dévolus et essentiellement révocables ». Cela signifie que si une Région gère mal son Université, l’Etat central peut la lui retirer et la gérer à sa place. Les droits sont alors octroyés par la loi ou le décret et peuvent changer à tout moment.
  2. Dans LA REGIONALISATION, les droits des Régions sont dits « propres et fondamentalement irréfragables ». Cela signifie que si une Région gère mal son université, l’État central ne peut jamais la lui retirer pour gérer sa place. L’Université appartient à la Région et elle en fait ce qu’elle veut. Les droits de la Région sont alors inscrits de manière exhaustive dans la Constitution et aucune loi, ni aucun décret ne peuvent les changer. Il faut une modification constitutionnelle très difficile à obtenir.
  3. Dans LA FEDERATION, c’est exactement la même chose que dans la Régionalisation. Mais les Régions ont un pouvoir constituant : autrement dit, elles peuvent elles-mêmes faire des Constitutions Locales, compatibles avec la Constitution fédérale.

Pourquoi les gens rejettent la Décentralisation administrative au Cameroun ?

Tout simplement parce que la bureaucratie centrale n’est pas capable de respecter ses engagements. Elle a été formatée pour ne pas supporter des centres de pouvoir autonomes qui peuvent s’opposer à son contrôle hégémonique de l’État postcolonial et ses ressources.

Choisir la décentralisation administrative, c’est lui donner la possibilité de contrôler le processus, ce qui est l’équivalent de tuer une décentralisation authentique. Elle ne peut que la dévoyer ou l’instrumentaliser, dans le but de prouver que le peuple qui a réclamé la décentralisation est dans l’erreur.

Autrement dit, que le pays ne marche bien que si elle contrôle seule les 5.000 Milliards du budget pour vivre dans le luxe alors que le reste du pays croupit dans la misère.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar