Le nouveau mode de prélèvement des frais de douane qui consiste à les faire payer par les clients-consommateurs et non plus par les importateurs, suscite des inquiétudes au sein de l’opinion.

Dès  le 15 octobre 2020, lorsqu’un nouvel appareil sera détecté pour la première fois sur un réseau camerounais, un SMS sera adressé à l’utilisateur lui indiquant le montant des frais de douane à régler. Malgré que le ministre des Postes et télécommunication (Minpostel) refuse que l’on qualifie cela de nouvelle taxe, une frange de la population l’assimile ainsi.

Et pour cette frange, il faut revoir cette mesure. Sur la toile, des questions fusent de partout. Qu’en sera-t-il des téléphones achetés d’occasion ? Qui paiera le coût induit par ce système, la collecte étant gérée par une société privée ?

Suivant les explications du ministre Libom Li Likeng,  il ne s’agit  que d’un changement dans la manière de prélever les droits de douanes. Ces droits qui sont actuellement payés par les importateurs reviendront dès le 15 octobre prochain à la charge du destinataire final de l’appareil. Le Minpostel laisse entendre que le cout total restera le même. Comme pour indiquer que le prix d’achat de l’appareil sera revu à la baisse. Et un internaute de s’interroger : « en l’absence de mercuriale sur les prix des téléphones ;  comment être surs que les prix de vente des téléphones ont effectivement baissés pour compenser ? »

Autant de questions qui jaillissent à 72 heures de l’entrée en vigueur de cette mesure gouvernementale.

Cet article Cameroun : débat autour de la mesure du Minpostel sur la collecte des droits de douanes pour les téléphones portables est apparu en premier sur Journal du Cameroun.

Read More
Journal du Cameroun

Share:

Avatar