Dans une tribune, l’ex-consultant de Vision 4 s’interroge sur la capacité de son pays à faire face à la pandémie.

NOTRE PAYS ET CETTE PANDÉMIE DU CORONAVIRUS : IL EST TEMPS DE NOUS POSER DE VRAIES QUESTIONS POUR LIMITER LES DÉGÂTS QUI POURRAIENT SUBVENIR.

Cette histoire de CORONAVIRUS commence à monter en puissance et la moindre des choses pour un pays comme le Cameroun en ce moment c’est de prendre de bonnes mesures préventives pour limiter au maximum les dégâts qui pourraient subvenir si jamais il y’a faille quelque part.

De par les chiffres qui évoluent toutes les minutes désormais, nous devons sonner la côte d’alerte. 115 pays touchés à ce jour, plus de 4000 décès, 120.000 personnes infectées dans le monde. En Afrique centrale chez nous, outre notre pays, le Gabon, le Congo et la Guinée Équatoriale sont déjà dans la nasse. C’est cette rapide propagation de la maladie qui a amené L’OMS à parler désormais De PANDÉMIE.

Au Cameroun, si on peut saluer les efforts qui sont fait, surtout au plan de la communication, il y’a lieu de passer à une autre phase en déployant de moyens plus conséquents. À l’heure où l’on nous annonce désormais un cas tous les deux jours, il est temps de relever les insuffisances de notre système de santé qui pourraient être fatales pour la suite.

En suivant un reportage ce matin relativement au CORONAVIRUS sur une chaîne française, j’ai été marqué par les propos de ce médecin italien qui, dépassé par l’afflux du nombre de patients que le pays reçoit et qui a amené le gouvernement Italien à rappeler 20.000 médecins à la retraite a pu dire :» CROYEZ-MOI, LE CORONAVIRUS EST TOUT SAUF UNE VRAIE GRIPPE “. Ces propos rejoignent ceux d’un responsable politique français qui a pu dire hier dans un autre média français qu’ ” il n’y aura jamais assez de réactifs pour tester les millions de français” .
Justement chez nous au Cameroun, qu’en est-il concrètement ?

– De combien de réactifs disposons-nous ?
– Les hôpitaux publics en disposent-ils ?
– Pourquoi toutes les analyses ne se font qu’au Centre Pasteur ?
– Y en a-t-il de réactifs, dans les centres Pasteur à l’intérieur du pays ?
Sachant que le coronavirus attaque particulièrement les voies respiratoires, nos hôpitaux disposent-ils suffisamment d’appareils respiratoires pour même seulement une centaine de malades qui seraient hospitalisés ?
– Particulièrement les hôpitaux de référence, généraux et centraux ?
En cas d’épidémie sévère, devant affecter un millier de personnes à Yaoundé par exemple,
– Y’a-t-il un hôpital qui puisse les accueillir tous ?
– Y’a-t-il Suffisamment de personnel médical ?
– Suffisamment de lits ?
– N’est-il pas temps de commencer à penser aux différents scénarios?

Le Ministre de la Santé ne devrait-il pas régulariser ses rencontres avec les experts, de son Ministère comme de celui de la recherche, avec aussi ceux de Pasteur et des Grandes cliniques privées voire d’autres secteurs parallèles pour réfléchir sur des mesures efficaces à entreprendre dès maintenant ?
J’ai voulu partager ces questionnements avec vous pour davantage interpeller à plus d’engagement face à cette pandémie d’une rare gravité.

Puisse Dieu protéger notre Pays !
David Eboutou

Share:

Avatar

author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.