Il s’agit des passagers des vols Air France et SN Bruxelles, qui ont atterris le 17 Mars 2020 sur le territoire camerounais. Le but de cet isolement est de détecter un éventuel cas de covid-19, pour ainsi limiter son taux de propagation.

Plus de 260 passagers des vols Air France et SN Bruxelles ont été mis en quarantaine le 17 Mars 2020 dans plusieurs hôtels de la ville de Douala, annonce le gouverneur du littoral. Ce dernier rassure la population quant aux dispositions prises par le gouvernement, pour éviter la propagation du coronavirus. Ladite mise en quarantaine apparait au moment où plus d’une dizaine de cas a été détecté sur le territoire national.

En effet, 80% des personnes infectées, sont venues des pays gravement touchés par le virus. En France par exemple, le dernier bilan publié le 19 Mars révèle qu’il environ 8000 morts et 200 000 personnes infectées. C’est presque le même cinéma en Italie. Les populations y sont confinées et les migrants veulent retourner au pays natal. C’est ainsi que par mégarde, ils propagent le virus dès leur arrivé. La mise en quarantaine de Douala est pour éviter une telle situation.

En plus, le Mardi 17 Mars, le gouvernement camerounais a annoncé des mesures drastiques pour lutter contre le coronavirus, après la découverte de cinq nouveaux cas dans le pays. Ce 19 Mars, le bilan s’est alourdi et le ministre de la santé Malachie MANAOUDA parle de 14 personnes au total.

« Les frontières terrestres, aériennes et maritimes du Cameroun seront fermées, Tous les vols passagers en provenance de l’étranger seront suspendus à l’exception des vols cargo et des navires transportant des produits de consommation courante ainsi que des biens et matériels essentiels, dont les temps d’escale seront limités et encadrés. » a déclaré le Premier ministre camerounais Joseph DION NGUTE.

Pour le moment, tous les vols en provenance des pays étranger sont suspendus, pour une durée de 15 jours renouvelable, a précisé le porte-parole du gouvernement.

À Douala, de nombreux petits commerçants travaillant dans le textile et le prêt-à-porter s’inquiètent de l’avenir de leurs affaires avec la fermeture des frontières. « Nous, commerçants, qui nous ravitaillons en Chine, on ne parvient plus à voyager. Nous sommes pratiquement en rupture de stock » explique Marcel FEUDJEU, un commerçant. La pandémie du coronavirus commence à avoir un impact sur l’économique au Cameroun en particulier et sur celle du monde en général.

Share:

25 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.