L’organisation Non Gouvernementale “Dynamique Citoyenne” déplore que les recommandations issues du Grand Dialogue National ayant eu lieu l’année dernière à Yaoundé, pour tenter de résoudre le conflit dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, n’aient pas convaincu les séparatistes à ranger leurs armes. Elle prescrit de nouvelles assises au cours desquelles la forme de l’Etat sera également mise sur la table.

Il y a bientôt un an que les assises du Grand Dialogue National ont eu lieu à Yaoundé. Cette rencontre entre politiques, membres de la société civile, et diverses entités de la société, tenue du 30 octobre au 4 novembre 2019 dans la capitale camerounaise, était une réponse du Chef de l’Etat, Paul Biya, aux multiples appels de l’intérieur comme de l’extérieur du pays, à un dialogue les yeux dans les yeux des fils du Cameroun, pour tenter de trouver des solutions au conflit armé dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Des recommandations qui en sont sorties, l’ONG «Dynamique Citoyenne» (DC) relève qu’en dépit de l’implémentation peu ou prou effective de quelques-unes d’elles, «le conflit perdure», et il subsiste des écueils dans le processus de décentralisation prôné tambours battant par l’Etat central au sortir du Grand Dialogue national. Cette entité de la société civile militante fait par ailleurs le constat d’échec de ces assises, et regrette que l’application des recommandations qui en sont sorties n’ait pas trouvé un «écho favorable auprès des séparatistes des régions anglophones».

Par conséquent, ce réseau de suivi indépendant des politiques publiques et des stratégies de coopération, recommande au gouvernement de revoir sa stratégie dans la résolution de ce conflit, et appelle de tous ses vœux l’organisation d’un nouveau dialogue. «Que les belligérants consentent à un cessez-le-feu et à organiser un nouveau dialogue franc et inclusif, dont le format doit être défini de manière concertée; que la préparation de ce nouveau dialogue se fasse de manière véritablement inclusive sans éluder aucun sujet, y compris la forme de l’Etat», a préconisé Félix Marcel Obam, le nouveau président de «Dynamique Citoyenne», au cours d’une conférence de presse le jeudi 17 septembre 2020 à Yaoundé.

Cette rencontre avec les médias a permis au nouveau directoire de cette organisation de passer en revue les différentes crises sécuritaires qui secouent le pays, d’évaluer la situation des Droits de l’Homme dans notre pays, de plancher sur les tensions dues aux questions foncières et à l’exploitation des ressources naturelles, mais aussi d’évaluer  l’efficacité de la stratégie gouvernementale de riposte contre la pandémie du COVID-19, entre autres.

Au sujet de l’actualité politique brulante, relative à la convocation des collèges électoraux, en vue de l’élection des conseillers régionaux du 6 décembre 2020, l’ONG réitère sa position à savoir que le régime de Yaoundé doit d’abord s’acquitter de certains préalables avant d’envisager l’organisation d’une quelconque élection. Il s’agit notamment de la révision consensuelle du code électoral et de la pacification des régions en crise. Ces préalables sont identiques à ceux préconisés par le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), qui prévoit de débarquer Paul Biya du pouvoir le 22 septembre 2020.

Source: CIN

Share: