Certains n’arrivent pas à comprendre l’attitude de la Communauté Internationale vis-à-vis de la crise anglophone. Or, cette attitude est parfaitement logique.

En effet, puisque le séparatisme est un crime au Cameroun, certains Camerounais pensent qu’il en est ainsi partout dans le monde. Ils se demandent donc pourquoi ces pays amis peuvent laisser agir les séparatistes, sans les réprimer ou les extrader au Cameroun.

Il faut leur dire de manière claire que ni le Séparatisme, ni la guerre de sécession ne sont pas des crimes du point de vue du droit international. Il n’existe aucune législation qui réprime le séparatisme nulle part dans le monde, en tout cas, pas dans les pays occidentaux où vivent les séparatistes. D’ailleurs, dans ce pays, il y a des partis politiques légaux ouvertement séparatistes, comme en Espagne ou au Canada.

Vous ne pouvez donc pas attendre que ces pays répriment les séparatistes camerounais, au motif que le Cameroun punit le séparatisme.

La seule chose qui préoccupe la Communauté Internationale, ce sont des actes qui relèvent du crime de guerre, que ces actes viennent des mouvements sécessionnistes ou de l’armée nationale.

Ainsi, on va reprocher à la Sécession d’empêcher les enfants d’aller à l’École ou de massacrer les populations civiles, mais ces condamnations ne porteront que sur les méthodes utilisées. Elles n’invalident pas la légitimité du combat sécessionniste du point de vue de leur législation et il ne faudrait pas y compter pour qu’on puisse extrader les Sécessionnistes.

Les gens qui ne comprennent pas cette nuance élaborent des théories du complot. Il n’y a aucune théorie du complot contre le Cameroun : il y a tout simplement que nous attendons de nos partenaires au-delà de ce qu’ils peuvent nous offrir.

La Communauté Internationale ne condamnera jamais la Sécession Anglophone comme elle a condamné BOKO HARAM. Elle condamnera tout simplement ses dérives, de manière d’ailleurs symétrique aux bavures de l’Armée Nationale.

Il ne sert donc absolument à rien de demander l’extradition des Sécessionnistes. Ils ne le seront pas de toute façon. Il ne faut pas prendre l’exemple du Nigeria qui a extradé AYUK TABE et ses compères comme une référence, car le comportement du Gouvernement nigérian relève exclusivement des liens de bon voisinage amplifié par la peur de voir amplifiées ses propres sécessions de la Zone du Biafra.

Il ne sert non plus à rien d’aller engager un bras-de-fer diplomatique en rappelant par exemple nos ambassadeurs, comme quelques-uns le proposent ; ce serait une attitude irresponsable qui ne ferait que compliquer davantage notre situation.

Cela signifie que la seule chose que le Gouvernement a à attendre de la Communauté Internationale, c’est l’appel à la négociation. Jamais la condamnation de a Sécession.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar