Selon Denis Omgba, le gouvernement s’est toujours montré peu transparent dans la gestion des différentes crises, a l’instar de celle liée au coronavirus. L’homme politique camerounais cite aussi  » l’incendie de Nsam, la tragédie d’Eseka ou le crash du Boing de la Camair où des noms des hauts responsables et des sommes faramineuses ont été évoqués ». Malgré la gravité du dossier, les gestionnaires ne s’abstiennent de détourner des fonds, au détriment des populations misérables qui  »se trouvent ainsi spoliées ». Pour Denis Omgba, « chacun bataille pour avoir sa place en enfer ». Il exige par ailleurs que justice soit faite.

Lisez intégralement la tribune de Denis Omgba, homme politique Camerounais.

« Oui, il faut ouvrir une enquête sur la gestion des fonds liés à la covid-19. Parce qu’il s’agit d’une procédure ordinaire en matière de gestion. Bien plus en situation de crise où toutes sortes de distractions peuvent subvenir. Mais je crois que le gouvernement a mis en place un dispositif qui encadre la gestion de ces fonds. En plus le ministre de de la santé a régulièrement rendu compte des contributions qu’il recevait tout comme leur utilisation. Toute chose qui doit être complétée par une enquête en bonne et due forme.

La gestion des crises a toujours fait l’objet de scandaleuses affaires de détournements dans notre pays. On peut citer l’incendie de Nsam, la tragédie d’Eseka ou le crash du Boing de la Camair où des noms des hauts responsables et des sommes faramineuses ont été évoqués. Cela est le fait de comportements amoraux de gestionnaires véreux qui ont décidé de détourner a tout prix quelle que soit la gravité de l’activité dont ils sont responsables. C’est inadmissible dans un environnement où les populations misérables se trouvent ainsi spoliées. En fait chacun bataille pour avoir sa place en enfer.

Notre pays s’est engagé dans la lutte contre la corruption et tous ceux qui peuvent être reconnus coupables de détournements doivent être sévèrement punis conformément à la loi. D’ailleurs, je crois savoir qu’un ministre de la santé et certains de ses collaborateurs sont encore détenus pour malversation financière. La loi doit être appliquée en toute rigueur.

Il y a je crois des lois qui encadrent la collecte et la gestion de ce type de fonds de solidarité. L’Etat doit à cet effet se montrer plus regardant. Associer les élus dans ces instances pour garantir la transparence. Et puis publier les comptes de gestion qui peuvent faire l’objet d’examen par la chambre des comptes et pourquoi pas le parlement. C’est une obligation de transparence normale dans un État de droit ».

Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *