Contact

661, Rue de Ngousso Yaoundé14674, Cameroun

disponible 24/ 7.

La menace qui vient de loin pèse déjà sur les habitudes des populations comme une épée de Damoclès. Les populations du Sud, sans céder à la panique commencent à appliquer les mesures d’hygiène.

Dans les services publics, les administrations privées et autres points de rencontre les habitudes changent. Se saluer avec le coude devient banal comme un jeu d’enfants. Un geste qui se répète entre personnel et usagers avec un geste d’humour. Il faut à tous les prix barrer la route au virus chinois. Partout causerie éducative et mesures pratiques battent leur plein. Pour Arnaud LEMA infirmier à la CRTV station régionale du Sud : « on a contractualisé un peu. Déjà à l’entrée il y’a de l’eau et du savon pour tout usager et toute personne qui entre car il faut se laver les mains et après on prodigue quelques conseils ».

Une stratégie de communication à grande échelle déployée

A la délégation régionale de la santé publique du Sud c’est le qui-vive. Un branlebas qui intègre les compétences des hommes de médias mis à contribution. Dans les familles le bouche à oreille fonctionne à merveille. A Ebolowa, Sangmelima, Ambam, Kribi et les autres grandes métropoles de la région du Sud personne ne veut laisser aucune chance au coronavirus.

Des dispositions préventives adéquates

A Kribi par exemple , les formations sanitaires, les frontières et les postes de surveillance maritimes sont déjà sous contrôle avec un matériel approprié mis à la disposition des autorités sanitaires par le ministère de la santé publique. Depuis l’annonce des cas de décès par coronavirus au Cameroun des dispositions préventives sont prises au niveau des différents districts de santé de la région du Sud pour pallier toutes éventualités. Des mesures qui s’étendent jusqu’au Port Autonome de Kribi point d’orgue des activités maritimes dans la région du Sud. Selon le Docteur Christine Aurore Ekedi chef de district de santé de Kribi « sous haute instructions de notre hiérarchie nous avons mis sur pied un plan de riposte à partir de la sensibilisation. On a créé dans notre hôpital de référence qui est l’hôpital de district de Kribi une salle d’isolement ».

Dans la région du Sud en général la menace du COVID-19 est prise très au sérieux. Ce qui impose à tous le respect scrupuleux des mesures anti-coronavirus. La mobilisation est totale pour barrer la route au coronavirus déclaré indésirable dans la région du Sud.

Consty ZANG correspondant

Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *