Le Cameroun enregistre déjà un score très important dans le cadre de la pandémie liée au covid-19. Le bilan donné au soir du 21 Mai fait état de 528 nouveaux cas enregistrés en 24 heures, 8 morts et 27 guéris. Soit un total de 4288 cas confirmés dont 1808 guéris, 2324 actifs et 156 décès.

Voici le moment de respecter plus que jamais, les mesures barrières édictées par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre le nouveau coronavirus. Au soir du 21 Mai 2020, le bilan de l’épidémie au Cameroun s’établit à 4288 cas au total, selon les chiffres communiqués par le ministère de la santé. 528 nouvelles infections, 8 décès et 27 guéris ont d’ailleurs été enregistrées, au cours des dernières 24 heures. Ces chiffres explosent au moment où, les mesures de confinement ont été assoupis par le gouvernement. L’objectif était de laisser la population mener aisément ses activités, mais dans le respect de la distanciation.

Toutefois, les comportements observés sur l’étendue du territoire camerounais sont peu encourageants. Surtout, l’on constate que dans les bars, les marchés et les autres espaces publiques, les citoyens ne respectent pas les instructions données. D’aucuns disent : « on a assoupli les mesures de confinement dont la maladie est en train d’être vaincue ». Pourtant, ces chiffres alarmants nouvellement donnés par le ministère de la santé, interpellent ainsi la population à plus de vigilance. Il faut dire que, les mesures les plus effectives ne s’ignorent pas. Il faut:  rester chez soi, rester loin des autres ou des personnes présentant des symptômes de la maladie, arborer un masque de protection, sans oublier le lavage des mains et toutes les autres habitudes susceptibles de barrer efficacement la route à ce virus.

C’est la première fois que le Cameroun enregistre plus de 500 infections en 24 heures. Face à ce pic de la pandémie alors, les autorités sanitaires annoncent la mise en œuvre d’une nouvelle stratégie, il s’agit notamment de la surveillance épidémiologique à base communautaire. Le directeur de la Lutte contre les épidémies et les pandémies au Ministère de la Santé Publique (MINSANTE) Le Professeur Alain Georges ETOUNDI MBALLA s’est confié à la presse le 21 Mai à cet effet. « Les spécialistes vont aller dans les communautés, quartiers, villages pour traquer les porteurs du virus, tracer toutes les personnes qui ont été en contact avec le sujet porteur afin de les sécuriser », confie le professeur, qui ajoute que cette flambée des cas est obtenue grâce à l’augmentation de la capacité de dépistage précoce.

Dans ce climat où les risques sanitaires ne sont pas entièrement levés, le professeur révèle que le bilan deviendra encore plus lourd dans les prochains jours, car le dépistage poursuit son envol. Pour le moment, il y’a quand même des incertitudes en ce qui concerne le nombre de personnes décédées de suite de Covid-19. Des personnes bien renseignées expliquent que plusieurs malades qui décèdent d’autres pathologies depuis le début de la crise sanitaire sont déclarées porteur du virus. Si vous vous en souvenez, l’artiste musicienne Lady ponce en a d’ailleurs exprimé son ras-le-bol sur les réseaux sociaux, car le corps de sa belle-fille a été gardé après sa mort sous prétexte qu’elle était atteinte du coronavirus. Pourtant, cette dernière souffrait d’une infection pulmonaire, a encore la star du Bikutsi. Cette hypothèse n’a pas encore été validée, mais dit-on souvent, il y’a pas de fumée sans feu.

Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *