«  L’histoire a la peau dure et les mêmes causes produisent les mêmes effets”. 

La récente mise en garde du Préfet de Baham a Fo’o soh a une raisonnance historique dont la sonorité est familière avec  celle dont ont jadis soufferts les esprits libres dans la tradition Bamendjou. 

En effet, l’histoire nous rappelle que FO’O CHENDJOU, le grand père de FO’O SOH, avait été déporté par les colons vers le Noun et il n’était jamais revenu, sa tête est encore de l’autre côté de la rive. Son arrestation fut le fait d’une instrumentalisation des élites, et c’est toujours un fils indigne et nègre de service qui aurait livré le Fô’o Chendjou. Aujourd’hui, si nous ne savions pas que chaque ruche a des abeilles inutiles, on aurait dit que  c’est encore un bamoun qui est a la manette pour livrer Fo’o Soh. Mais ce préfet zélé ne représente rien même chez les Bamoun. 

Ouvrez grandement les yeux  sur ce scénario qui trouve déjà des acteurs dans la sphère Baham pour faire la salle besogne du néocolon ou du politique dans notre localité pour des intérêts égoïstes.  Mais les fils Bahams et Bamendjou savent faire la différence entre le poison et le miel.

Nous voulons par cette note rappeler au politique que Fo’o Soh  n’est rien d’autre que le  peuple Bamendjou, et que la tradition n’opère pas pour voir le peuple mourir et croiser les bras. Aussi le devoir d’un vrai Fo’o qui se respecte n’est pas d’encenser les injustices, mais de les dénoncer afin que cela puisse changer.

Fo’o sokoudjou se positionne en faveur du peuple depuis sa jeunesse et ses attributs de Fo’o  n’ont jamais eu raison de sa détermination à voir le Cameroun prospérer dans tous les sens du terme. Et la critique qu’il veut constructive n’a jamais taris parce qu’il reste convaincu par le bien du peuple camerounais. Un minimum de bon sens vous aurait amené à célébrer ses paroles de sagesse qui conseillent et éveillent l’attention des dirigeants au pouvoir. Votre interdiction loin d’être un rappel à l’ordre, est la mise en marche d’un projet d’élimination et de musellement avec comme prétexte de préserver l’ordre public,  mais sachez que vous allez passer sur nos corps avant de l’atteindre. 

Si vous voulez un affront entre vous et le peuple, vous l’aurez. Nous notables serviteurs gardons encore la patience qui fonde le socle de nos traditions mais nous ne sommes pas insensibles à la provocation et saurons si vous continuez, vous donner  une réponse appropriée à vos provocations. 

Nous n’acceptons pas ce manque de respect à l’égard d’un sage, à l’égard d’un gardien de la tradition, à l’égard d’un citoyen avisé. Nous condamnons ce zèle professionnel qui risque d’embrasser la scène alors qu’en l’état, les fils Bamendjou, Baham et bamoun  vivent en harmonie.

Si votre départ à la retraite vous traumatise et que vous voulez mesurer vos muscles sur notre Fo’o, alors sachez que nous sommes désormais prêt a danser le Musseugouong  sur votre tête. 

C’est bien d’essayer de se purger avec du piment, mais un essai peut être fatale.

Ce 21/ 01/ 2021

Les notables serviteurs du Fô’o de Bamendjou.

Defo tchindeu meukuie
Defo tchindeu tafo’ock
Mbah Tampah nga’nno
Defo Chendjou tekouda
Mbo’oh Takoudjou Fokwe
Mbo’oh tet temgoua
Mbah deulack
Mboo tetdeu Soh
Mbah saah fodop
Mbah takougang wateu
Mbah tene tafoo
Mbah tabeukou
Mboo munet foo
Mboo sopbum
Mboo ngakam
Mboo takougang mukam
Defo tchime
Defo sokoudjou
Defo takukouo
Defo wekouo
Mbah defo Chendjou
Wutbe tan’poo
Wutbe djouche
Wutbe defogang
Wutbe defo pongbo
Sadeuh kouagueng
Defo siping
Defo tagatsing
Wutbe defo kamebong
Mbah saah fodop
Mboo Takoudjou kengne
Saah fokué
Mbaah Tessa tanandjou
Mbah tene takoulo
Wutbe defo pongbo
Wutbe defotsing takamgang
Defotsing takougang
Wutbe defotsing
Nde Takam
Nde fotsing
Nde fotsing nzogang
Nde fotsing nzodjou
Defotsing tenda
Defo tselah
Mbaah chemutem »

Les notables du royaume Bamendjou

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar