Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Trois travailleurs humanitaires de MSF, de nationalité étrangère ainsi que deux gardes camerounais qui les accompagnaient ont été enlevés dans la localité de Fotokol, dans la soirée du jeudi 24 février 2022.

Parmi les humanitaires kidnappés, se trouvent trois expatriés d’origine franco-ivoirienne, sénégalaise et tchadienne. Deux autres personnes, de nationalité camerounaise, ont également disparues, a indiqué MSF à l’AFP. Jeudi soir, des assaillants auraient attaqué le domicile des employés de l’ONG à Fotokol, dans le département du Logone-et-Chari, Région de l’Extrême-Nord. Les deux gardes en faction auraient été menacés à l’arme à feu, avant que le personnel présent dans la résidence ne soit sommé de suivre les rapteurs.

« Des hommes armés se sont introduits au domicile de MSF » et « cinq membres de notre équipe ont été emmenés », a confirmé l’organisation humanitaire à l’AFP. Les soupçons sont tournés vers les groupes terroristes opérant dans la zone frontalière avec le Nigéria. Toutefois, « rien ne permet de lier cet acte aux attaques de Boko Haram », indique une autorité administrative locale, citée par l’AFP. « Nous ne savons pas si c’est un simple vol qui a mal tourné. Un coffre-fort a été ouvert », a-t-elle précisé.

De fait, l’enlèvement n’a pas été revendiqué, jusqu’à ce vendredi après-midi. Mais le Maire de Fotokol, Ramat Moussa, cité par l’Agence Anadolu, demeure convaincu que les miliciens de la secte islamiste sont impliqués dans cette attaque. Eux qui ont, plusieurs fois, eu recours à des enlèvements d’expatriés contre demande de rançon.

En attendant d’en savoir plus, les forces de sécurité se sont mis à la recherche des cinq travailleurs humanitaires.

Share:

Avatar

editor