Le ministre de l’habitat et du développement urbain représentait le premier ministre à la célébration de la 34 eme édition de la journée mondiale de l’habitat. Strass et paillettes à la salle Diamond de l’hôtel La falaise de Bonanjo.

Le temps d’une cérémonie, Douala était devenue la capitale mondiale de l’habitat. Avec des invités spéciaux, Africains et mondiaux, en rapport avec l’habitat. A l’instar e la directrice exécutive de l’ONU-Habitat, le représentant de la commission économique pour l’Afrique. Le constat est alarment un milliard de personnes vivent dans des établissements surpeuplés et dans des logements inadéquats le Cameroun n’est pas en marge. Le décor était planté. Par le message d’Antonio Guterres, le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies « Cette année, l’accent est mis sur le rôle central du logement comme moteur du développement urbain durable » Le thème de la 34 eme journée vient donc à point « Un logement pour tous, un meilleur avenir urbain »

Et pour cause, d’ici 2030, la population urbaine à loger passera à 1,5 milliard, une interpellation qui à fait dire à Célestine Courtes que « les véritables défis qu’engendre cette forte croissance sont, pour les pouvoirs publics, les capacités à assurer le contrôle des installations de ces nouveaux enus et la possibilité de leur offrir des logements dans un environnement propre ou de prévoir suffisamment de parcelles constructibles en faveur de l’auto construction » Aussi, il s’agit aujourd’hui de mobiliser tous les acteurs, les maires, les partenaires de l’action de la coopération au développement, les partenaires immobiliers, et les populations elles mêmes dans l’optique de l’auto construction pour ensemble résorber les 1. 500 000 logements de gap.

En marge de cette journée mondiale de l’habitat, au Cameroun, le ministère de l’habitat et du développement urbain a organisé un concours baptisé « villes propres » qui vient se greffer au « projet urbain de développement » dont les objectifs consistent à implémenter un développement urbain durable. A Douala, Célestine Ketcha Courtés a proclamé les résultats du concours des villes les plus propres du pays. Limbé Douala II et Yaoundé V sont 1ère, 2è, 3è et empochent 150, 75 et 50 millions Fcfa

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar