Le chef de l’Etat fête ses 38 ans de pouvoir ce 6 novembre 2020. Dans un contexte de troubles sécuritaires dans plusieurs régions du pays.

Si le 6 novembre 1982 Paul Biya prêtait serment dans un contexte de paix, les choses ont bien changées 38 ans plus tard. Trois régions du pays sur dix croupissent dans la guerre. A savoir l’Extrême-Nord à travers le conflit contre la secte djihadiste Boko Haram ;   le Nord-Ouest et le Sud-Ouest,  régions anglophones dont des bandes armées lutte pour la sécession.

A ce tableau d’insécurité il faut ajouter l’Est, en proie à des troubles en raison  notamment à la crise en République centrafricaine voisine. Des groupes armés  veulent dicteur leur loi et tente d’utiliser le territoire camerounais  comme base arrière.

Ainsi donc, la vie au Cameroun est désormais dominée par l’actualité sécuritaire issue des  quatre régions du Cameroun. D’autant plus que l’insécurité qui y règne a tendance à affecter d’autres parties du territoire, parmi lesquelles la capitale Yaoundé. Des explosions de bombes artisanales deviennent légion. La dernière s’est produite le 1er novembre au quartier Nsam, dans le 3e arrondissement.

Dans les régions anglophones, les dernières grandes actualités sont l’enlèvement hier par des sécessionnistes du cardinal Christian Tumi, l’inhumation de sept jeunes élèves massacrés le 24 octobre dans un établissement scolaire à Kumba dans le Nord-Ouest, l’enlèvement dans la même région de plus six enseignants dans une école presbytérienne à Kumbo le 3 novembre.

Le contexte de célébration des 38 ans au pouvoir du président de la République Paul Biya (87 ans) est à la guerre et la vigilance. Les militants de son parti, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) organisent des manifestations et meetings ça et là pour fêter son long magistère. Lui qui  été réélu en 2018 pour sept nouvelles années.

Cet article Cameroun : célébration des 38 ans de pouvoir de Paul Biya sous le crépitement des armes est apparu en premier sur Journal du Cameroun.

Read More
Journal du Cameroun

Share:

Avatar