La rentrée scolaire de septembre dans plusieurs écoles en Europe ou du mois d’octobre en Afrique et plus particulièrement au Cameroun est bien sur celle de chacun de nos enfants et des amoureux du savoir de reprendre le chemin de l’école. Elle est également celle de la rentrée littéraire avec une kyrielle de titres dans les librairies. En catégorie jeunesse, La nouvelle école de la maison d’édition «EDk Books» est venue gonfler la liste des livres à lire et à relire par les adeptes de littérature contemporaine.

Hugues SEUMO dans cette nouvelle fait débuter l’histoire de son auteur principal vers l’âge de 12 ou 13 ans. Ce jeune, issu d’une famille modeste doit quitter sa ville natale pour poursuivre les études dans l’enseignement secondaire dans une autre ville située à une trentaine de kilomètres de sa ville natale. Il découvre la nouvelle vie et tout le mystère qui entourent la nouvelle année scolaire. Il souffre beaucoup de l’absence de ses parents, mais fini par s’y habituer.

Dans sa nouvelle famille d’accueil chez qui il pose ses valises, le jeune garçon apprend à vivre dans une famille nombreuse.

Il fait vivre au lecteur toute la chaleur humaine de sa famille d’accueil. Il décrit les liens familiaux étroits et forts. Il peint le caractère solidaire qui habite plusieurs familles africaines.

Au collège, sa tenue d’élève le distingue de ses camarades et le place dans une situation de jeune aisé. Il se pose lui même des questions sur la situation des autres jeunes avec qui, il fréquente la même école.

Le récit s’achève suite à son exclusion du collège d’enseignement secondaire où les autorités scolaires lui reprochent d’avoir publié dans un journal local un article dans lequel il condamne les achats de places dans les établissements scolaires publics du Cameroun. Il est déchiré entre cette exclusion du collège et une nouvelle inscription à trouver ailleurs….peut être dans un établissement d’enseignement secondaire privée. C’est ainsi qu’il découvre la nouvelle vie, une nouvelle école.

Si le ton est critique et les réalités décrites souvent tragiques, les textes sont plein d’optimisme pour le continent, car penser l’Afrique, c’est préparer l’avènement d’une nouvelle Afrique, débarrassée de tous ses carcans. Une manière de parler d’une nouvelle école, celle de l’apprentissage pour une nouvelle vie.

Cette nouvelle de Hugues SEUMO est disponible en librairie et sur ce lien

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar