Après avoir régulièrement augmenté depuis février 2019, les prix des produits alimentaires reculent légèrement.

En janvier 2020 et relativement au mois de décembre 2019, l’Indice des Prix à la Consommation finale des ménages baisse de 0,2%, mettant ainsi fin à une série de onze mois de hausses consécutives. Cette baisse de prix observée en ce début d’année résulte principalement du recul des prix des produits alimentaires (-0,2% après +0,8% le mois précédent), du logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles (-0,3% après -0,5% le mois précédent), des transports (-0,3% après +3,2% le mois précédent) ainsi que des articles d’habillement et chaussures (-0,2% après +0,4% le mois précédent).

Les prix des produits alimentaires régressent en grande partie en raison du repli des prix des viandes (-2,9% après +2,1% le mois précédent), des poissons et fruits de mer (-2,5% après +0,2% le mois précédent), des pains et céréales (-1,0% après +2,4% le mois précédent), du lait, fromage et œuf (-0,8% après une stabilité le mois précédent), des fruits (-0,6% après +0,8% le mois précédent), du sel, épices et sauces (-0,5% après +4,9% le mois précédent), ainsi que des huiles et graisses (-0,2% après une stabilité le mois précédent).

Par contre, les prix des légumes rebondissent (+2,3% après -0,6%) et les prix du sucre, confiture, miel, chocolat et confiserie (+0,4% après +0,3% le mois précédent) continuent de progresser. Les prix des viandes baissent, sous l’effet du recul des prix de la viande de bœuf, de la viande de porc et de la volaille. Les prix des poissons et fruits de mer diminuent en lien avec la baisse des prix des poissons et autres produits séchés ou fumés (« mbouga », machoiron), du maquereau congelé, des autres conserves de poissons.

Les prix des pains et céréales régressent du fait de la baisse des prix des céréales non transformées (maïs sec en grain), des farines, semoules et gruaux (farine de maïs) et pâtisseries, gâteaux, biscuits viennoiseries (beignets de type boulangerie). La baisse des prix du lait, fromage et œufs est liée principalement à celle des œufs de poule. Le renchérissement des prix des légumes résulte du rebond des prix des tubercules, plantains (banane plantain frais mûre, patate douce, manioc frais en tubercule, igname, macabo, taro) et ceux des autres produits à base de tubercules (« bibolo » principalement).

La baisse des prix des transports est en lien avec celle de service de transport routier de passagers et de transport aérien de passager, après les hausses de prix observés pendant les fêtes de fin d’année. Par rapport à la même période en 2019, le niveau général des prix augmente de 2,5%, après 2,2% en décembre 2019. Cette progression de prix découle principalement de la hausse des prix des produits alimentaires (+6,1% après +4,5% le mois précédent) ainsi que des restaurants et hôtels (+2,7% après +2,9%).

En moyenne sur les douze derniers mois, le niveau général des prix augmente de 2,4%, au même rythme qu’en décembre 2019. L’inflation observée résulte en grande partie de la hausse des prix des produits alimentaires (+4,9% après +4,7% le mois précédent) et ainsi que des restaurants et hôtels (+3,6% après +3,8%). Le taux d’inflation sous-jacent se situe à +1,2%. Les tensions inflationnistes observées à Yaoundé en janvier 2020 n’ont donc pas seulement été entretenues par les produits frais (+9,0%). Par ailleurs, l’inflation est plus d’origine interne (+2,6%) qu’externe (+1,7%).

Share:

author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *