Le nommé Mahamat Ousmane Darhilaï est accusé de faux et usage de faux comme 5 autres candidats de nationalité tchadienne.

 Six candidats au Baccalauréat tchadien dont un camerounais, ont été arrêtés le 18 Août 2020 suite à une descente dans les différents centres d’examens à N’djamena d’une équipe de l’Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS). Le Camerounais Mahamat Ousmane Darhilaï et sa bande sont « arrêtées pour faux et usage de faux», car ils ont composé à la place d’autres candidats et se font appeler «mercenaires», a précisé le journal tchadien en ligne Tchad info ajoutant que «tous ces mercenaires au Baccalauréat ont truqué les cartes biométriques». Selon cette source, le natif de l’Afrique en miniature se serait justifié en affirmant qu’il composait un second baccalauréat cette fois-ci en série littéraire. «Mahamat Ousmane Darhilaï, lui, est venu du Cameroun pour composer un deuxième Bac, car il a déjà son baccalauréat scientifique mais veut un Bac littéraire» tchadien «pour avoir l’emploi au Cameroun» plus tard, a souligné le média.

Le directeur des examens et concours, Abakar Khassaballah, a indiqué qu’une plainte sera déposée par les autorités en charge de l’organisation du Baccalauréat à la police contre les personnes arrêtées.

En effet, c’est depuis 2011 que la procédure de dépôt des dossiers aux examens tchadiens a connu une modification formelle. Depuis cette date, la présence effective du candidat dans l’établissement, à l’office du baccalauréat du Tchad ou à tout autre lieu de dépôt est obligatoire. Le candidat doit se soumettre à ce qu’on appelle désormais «la carte biométrique », une carte d’accès numérique où est directement incorporée sa photo.

Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.