Le ministre des Transports accuse cette compagnie de transport interurbain de manquements graves ayant fait 35 morts.

La décision du gouvernement a été rendue publique ce 29 décembre, deux jours après l’hécatombe qui a fait officiellement 35 morts sur le pont Nomale, dans l’arrondissement de Ndikinimeki, région du Centre du Cameroun.

Les autorités rendent responsable la compagnie de transport interurbain de personnes Avenir Voyages Sarl, dont le bus de 70 places est entré en collision avec un camion avant de finir dans un ravin. 18 blessés graves sont également à déplorer.

« Au regard de la gravite de la situation, et sous réserve des conclusions de l’enquête ouverte pour établir les différentes responsabilités et résultats de l’audit sur la situation technico administrative instruit à ses services compétents, le ministre des Transports a décidé de suspendre, à titre conservatoire, pour une durée d’un (01) mois, la compagnie de transport routier interurbain de personne Ets AVENIR VOYAGES, pour violation grave de la réglementation en vigueur ayant manifestement conduit à l’accident », informe le ministre Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe.

Les services de ce département ministériel accusent en effet cette compagnie de manquements graves à la réglementation en vigueur.

Il est à noter que dans un communiqué du 27 décembre dernier, El Hadj Yagouba Aliou, le président-directeur général de ladite compagnie avait annoncé que toutes ses agences seraient fermées le mercredi 30 décembre en mémoire aux victimes de cet accident.

Cet article Cameroun : après l’hécatombe de Ndiki, un mois de suspension pour la compagnie Avenir Voyages est apparu en premier sur Journal du Cameroun.

Read More
Journal du Cameroun

Share:

Florelle Sateu

editor