Le communicant du RDPC ne reconnait pas avoir adressé une lettre au DCC Samuel Mvondo Ayolo sous le couvert d’un soi-disant comité de défense de l’honneur de Brenda Biya.

Dans cette note devenue virale sur les réseaux sociaux, l’homme demande pourtant au collaborateur du chef de l’Etat, de mettre 26 millions de FCFA à la disposition de son groupe, pour assurer la sécurité de la fille du président.

L’intéressé avoue néanmoins que la signature porté sur le document est bel et bien la sienne. Affaire à suivre…

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar