Une note signée le 30 Mars 2020 par le laboratoire National de Contrôle de Qualité des médicaments et d’Expertise informe le public camerounais que « de la Chloroquine issue des circuits de la contrebande sont actuellement en circulation ».

Des faux produits portant le nom de ‘’chloroquine’’ sont en circulation sur le territoire camerounais. Le 30 Mars 2020, le laboratoire National de Control de qualité des médicaments et d’expertise (LANACOME) a à cet effet rendu publique une note, dans le but d’alerter les populations. En effet, des personnes non identifiées, auraient eu vent de ce que la chloroquine soignerait et préviendrai le coronavirus. Cette pandémie du siècle, responsable d’environ 40 000 décès dans le monde. « Le Laboratoire National de Contrôle de Qualité des Médicaments et d’Expertise informe les populations et les professionnels de la santé que nous que deux présentations de chloroquine issue des circuits de contrebande sont actuellement en circulation au Cameroun et se retrouveraient déjà dans certaines formations sanitaires », peut-on lire d’entrée de jeu sur ladite note.

En effet, cette note du LANACOME survient au lendemain d’une alerte de l’organisation mondiale de la Santé(’OMS) qui a constaté des différences entre ces fameux antipaludéens qui circulent au Cameroun et ceux du Tchad et du Nigéria. « Des faux médicaments avec un faux logo du programme des Médicaments essentiels de l’OMS sont actuellement en circulation, au Cameroun, au Tchad et au Nigéria. Cette alerte fait référence à du sulfate de quinine falsifié 300 mg, présenté en en six combinaisons différentes de numéros de lot et de dates de péremption/fabrication », fait savoir le LANACOME.

Les personnes qui en consomment n’observeront aucun changement parce que, : « les résultats des tests de ces deux présentations de la Chloroquine révèlent l’absence de toute substance active pharmaceutique », poursuit le laboratoire.

Le fait que ces produits circulent en douce sur le marché n’est pas un fruit du hasard. « Au moment où la chloroquine est recherchée dans le cadre du traitement du Covid-19, le Laboratoire National de Contrôle de Qualité des Médicaments et d’Expertise recommande aux populations et aux professionnels de santé susvisés de ne pas s’approvisionner en chloroquine dans les circuits non autorisés », conclut le LANACOME. Le lot N°4460 en circulation au Cameroun, dont la date de fabrication est 09/2017 et la date de péremption est 10/2020, contient aucune quinine sulfate.

Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *