Le gamin de 7 ans s’échappait régulièrement de la maison, à son retour, il subissait des actes de torture de son papa.

Il avait environ 5 ans, lorsque Joachim Kumdem et sa maman ont rejoint son père au quartier Mboko dans l’arrondissement de Douala 3ème. C’est le témoignage que nous livrent des voisines. Ces dernières affirment que cet enfant s’échappe régulièrement de la maison et des inconnus le ramènent après plusieurs jours de recherche.

«L’enfant fuit la maison tout le temps. Il fait même parfois une semaine, avant que les gens le ramènent. Avec son père les gens ne collaborent pas. Il ne salue jamais personne et ses enfants sont toujours enfermés dans la barrière», nous confie une voisine sous anonymat. Cette dernière dit entendre régulièrement les cris de cet enfant lorsque son papa le violente.

Absentéiste à l’école, le directeur de l’établissement où Joachim est scolarisé laisse entendre que ses performances ont drastiquement baissé, ces derniers temps, il est rare à l’école.

«Ses notes en classe ont pris un coup. Depuis un moment il n’est pas très régulier à l’école. Un enfant de cet âge-là, c’est tous les jours qu’il doit être à l’école pour être au même niveau que les autres. Mais il se trouve dans une situation où de temps en temps, il n’est pas à l’école et cela a un impact sur ses notes naturellement», nous dit Elvis Foguieng Fotié, directeur du GBS Valérie et Honorine.

Il nous fait savoir que, pendant la dernière évaluation qui a sanctionné la fin du premier trimestre, Joachim était absent. Ce qui a amené ses enseignants à faire une évaluation décalée car, Il était parti comme d’habitude de la maison familiale. «Nous n’avons pas convoqué le parent parce que, nous savions qu’il a un problème. Plusieurs fois, cet enfant a fugué. Ce qui fait qu’on a directement su que c’était la raison de son absence. Donc, il n’était pas à la maison et ne pouvait pas être présent à l’école», ajoute le directeur.

Dans cette école où Joachim est scolarisé, le responsable n’est pas à même de dire si le tortionnaire est le géniteur de cet enfant. Néanmoins, tous les frais de scolarité de cet élève de la classe du cours préparatoire sont assurés par son bourreau.

Selon lui, cet enfant n’a jamais physiquement présenté des signes de maltraitance. «Quand cet enfant vient à l’école, il n’y a aucun signe qui montre qu’il est maltraité. Parce qu’on a des éléments qui montrent qu’un enfant a des difficultés à domicile : il est sale, son goûter est irrégulier, il a des cicatrices sur le corps, il est introverti et parfois pose des actes de violence spontanés. Mais, cet élève n’a pas ce profil », précise-t-il.

Quelles peuvent être les raisons des fugues de cet enfant ?

La punition administrée à l’enfant est inadmissible, affirme le directeur de l’école. Selon lui, cela peut être la cause de ses différentes fugues. «Un enfant de cet âge, lorsqu’il est victime de ce genre de sévices, s’il se retrouve en dehors de la maison à une certaine heure, il a peur de rentrer. Ceci peut également être dû à la rigueur du père qui n’aimerait pas que l’enfant sorte de la barrière pour jouer avec ses camarades. Il fait de l’enfant un prisonnier. Maintenant ça ne marche pas et il veut lui imposer cette prison par la force. Ça se passe mal … l’enfant ne pouvant pas supporter trouve le moyen de s’échapper », analyse Elvis Foguieng Fotié.

Les faits

C’est l’histoire d’un enfant de 7 ans maltraité et torturé par son père. Une vidéo sur la toile met en scène le garçon avec la tête dans un fût, les pieds tenus par un homme. Il le frappe avec un tuyau de gaz, malgré ses pleurs et ses supplications.

La scène s’est déroulée le 22 décembre dernier, un voisin l’a filmée et l’a envoyée au service social. Interpellé le 30 décembre par le commissariat du 14ème, l’homme a été entendu puis relâché après avoir signé un engagement dans lequel il déclare ne plus maltraiter cet enfant.

Le flux rss de camer.be

 

Share: