Selon les éléments d’enquête réunis suite à ce drame survenu le 19 juillet 2020, le chauffeur aurait perdu le contrôle avant d’achever sa course folle sur le trottoir où se mouvait un groupe de personne.  

L’excès d’alcool à couter la vie à 5 personnes à Yaoundé. Dans la soirée du 19 juillet 2020, un conducteur de camion ivre en provenance du quartier Mvan, a percuté des piétons sur le trottoir au niveau de coron. Selon l’enquête menée par le chef du groupement régional de la voie publique et circulation du Centre, « le conducteur sortait de Mvan à très vive allure. Manquant de maîtrise, il s’est déporté sur le trottoir. Au cours de sa déclaration, il nous a expliqué qu’il n’avait pas de freins et a avoué avoir consommé deux bières », confie le commissaire Adamou Baba.

Témoignage d’un survivant

D’autres témoignages font état de ce que les personnes tuées étaient des amis et habitaient au quartier coron. Clément Owona, l’un des survivants, raconte les faits : « Nous donnions le dos à la route et marchions du même côté que ce camion. M’étant arrêté pour me soulager, j’ai entendu un klaxon. Le temps de me retourner, j’ai vu un camion qui fonçait sur nous. Je ne sais même pas comment j’ai échappé ».  Trois morts ont été comptés sur le coup. Les blessés graves ont été transférés d’urgence à l’Hôpital central ou deux autres victimes ont trépassé.  

Le camion n’est pas un vélo

Le commissaire Adamou Baba a profité de l’occasion pour prêcher un message de prudence : « La ville n’est pas faite pour l’excès de vitesse. Le camion n’est pas un vélo avec lequel on peut s’amuser. C’est un mastodonte et donc, une lourde responsabilité à gérer ». Les accidents de circulation sont l’une des principales causes de mortalité à ne pas négliger. Au cours d’une interview accordée en janvier 2020 au journal Mutation, le ministre des transports a donné quelques chiffres des décès liés aux accidents routiers. « En 2011, 1 588 personnes, 1 091 en 2015 et 937 en 2019 », confie Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe. Toutefois, avec le nombre d’accident enregistré les 6 premiers mois de l’année 2020, il faut dire que les chiffres seront encore plus alarmants que par le passé.

Au cours des mois de Juin et de Juillet 2020, le pays a enregistré plus de 10 accidents.

Le 19 juillet, un accident de circulation a fait 01 mort et 07 blessés graves dans les rangs de l’armée. Les faits se sont déroulés à trois kilomètres du parc de Waza, dans le département du Logone et Chari (région de l’Extrême-Nord Cameroun).

Le 12 juillet, le prêtre de l’Eglise catholique d’Obala l’Abbé Elie Modeste Abanda est mort dans un accident de circulation sur l’axe Douala Yaoundé.

Le 3 juillet à Loum dans le Moungo département Région du Littoral, un camion a percuté une moto et tué un usager de la route.

Le 2 juillet, Trois éléments des Forces de maintien de l’ordre ont perdu la vie dans un accident de la circulation à Yaoundé.

Le 22 juin à Koutaba région de l’ouest, Un camion transportant une centaine de personnes revenant d’une cérémonie de dot a fait plusieurs tonneaux. Bilan 5 morts subites et plusieurs blessés graves.

Le 21 juin, un conducteur de camion fait un tonneau sur l’axe Ngaoundéré Garoua et y laisse sa vie.

Le 4 juin, Au moins 8 personnes ont perdu la vie dans un accident de la circulation survenu dans la région de l’Adamaoua. Un camion semi-remorque en provenance de Ngaoundéré et une voiture de transport en commun de marque Carina E en provenance de Touboro sont entrés en collision.

Ces accidents ne sont pas les seuls, car plusieurs autres n’ont pas été médiatisés. Il faut comprendre qu’en deux mois seulement, plusieurs personnes ont perdu la vie du fait des accidents de circulation. Dans la majorité des cas, les engins lourds sont impliqués.

Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *