En face de la Résistance à l’occupation coloniale franco-britannique, qui se constitue dès avril 1948 avec la fondation de l’Union des Populations du Cameroun ”UPC”, le colon français met, dès juin 1949, avec la création du parti politique ”Esocam”, entendre Évolution Sociale Camerounaise, le tout premier maillon de ce qui a continué depuis lors, à être considérer comme ”opposition” au Cameroun.

Mais alors, ”opposition” à quoi ? Devrait-on utilement aujourd’hui, de persister à s’interroger.

De notre point de vue, et c’est ça vraiment l’énigme, il ne peut validement s’agir ici que de l’opposition à la Résistance Nationaliste, progressiste et révolutionnaire Camerounaise. Cette Resistance dont l’UPC constitue jusqu’à date, le centre d’expression par excellence.

Que faudrait-il donc déduire comme enseignement politico-social de ce qui vient d’être soutenu ?

Nous suggérons ici à la communauté Camerounaise de ce temps et en prime à sa jeunesse, de retenir entre autres comme enseignement définitif sur cette question de ”l’OPPOSITION” au Cameroun :

1- Que l’UPC, Mouvement politique nationaliste, progressiste de Résistance face à l’occupation Fronco-Britanique est, à juste titre, constituée depuis avril 1948.
2- Que pour contrecarrer l’action militante nationaliste, progressiste et révolutionnaire pour la conduite de laquelle l’UPC est fondée, la France coloniale, puisque c’est bien d’elle qu’il est ici question, ne trouve pas autre chose d’efficace à faire que, dès juin 1949, de créer une ”opposition” à l’UPC.
3- Que cette opposition à l’UPC dont ”ESOCAM”, entendre Evolution Sociale Camerounaise est la première née d’un assemblage qui constitue de nos jours, de mutation, en mutation, de transfuge en transfuge, au bas mot 300 structures politiques qui répondent à la dénomination ”opposition”
4- Que là où tout est minutieusement caché et à dessein, c’est que en réalité, nous voulions dire À VRAI DIRE, de l’opposition, ce n’est que peu convenu de penser comme le propose la ”mal conscience-historique- nationale”, que l’on peu y compter l’UPC aussi.
5- Que par contre, il sied de soutenir que face au Mouvement nationaliste, l’Union des Populations du Cameroun, l’OPPOSITION est constituée de tous les partis politiques, du Rdpc (justement mutation d’ESOCAM) à tous les autres créés entre temps depuis juin 1949, dans l’unique but de contrer la Résistance Nationaliste dont l’UPC reste jusqu’à ce jour, le creuset central d’expression.
POINT.-

Voilà à VRAI DIRE, la vérité historique qui dissèque l’environnement sociopolitique Camerounaise à l’époque présente, pour mettre TOUT en lumière et ainsi, donner aux générations montantes, les outils de compréhension leur permettant désormais, de se mouvoir avec aisance et assurance sur la scène politique à dessein troublée par les ”pecheurs en eaux troubles” qui toujours, comme le soutient la sagesse, troublent l’eau pour mieux pêcher.

Humblement,
Révolutionnairement,

En tout nationalisme,
En tout Ouandiéisme donc,
En tout UPCisme

Cbt. MbouaMassok
Résistant Camerounais,
Coordonnateur Central du Courant des Refondateurs UPC
Candidat-Secrétaire Général

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar