Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Des hommes armés non identifiés ont mis le feu à l’hôpital de Mamfé, dans la nuit du mercredi 08 au jeudi 10 juin 2022. Les 45 patients qui occupaient les lits de l’établissement hospitalier ont pu être évacués avant que les flammes ne consument le bâtiment.

De sources médiatiques et sécuritaires, l’incendie de l’hôpital de Mamfé, dans le département de la Manyu, est attribué à de présumés séparatistes. « L’hôpital a été incendié par des bandes armées qui se sont d’abord attaquées aux éléments des forces de l’ordre habituellement déployées devant l’établissement », a confié un haut responsable de l’administration locale à l’AFP.

Selon la même source, « les quarante-cinq malades hospitalisés ont pu être sortis et transférés dans un autre hôpital. Il n’y aucune perte en vie humaine ». Une information confirmée par la télévision publique, CRTV, jeudi.

Seule la pharmacie a résisté aux flammes, l’essentiel du batiment ayant été consumé, d’après un témoignage du Directeur de l’Hôpital de District de Mamfe. Toutefois, aucune perte en vies humaines n’est à déplorer.  

Par ailleurs, l’un des soldats en faction pour protéger la structure sanitaire a été blessé. Après l’attaque, les assaillants ont trouvé refuge dans la brousse environnante, a-t-on appris d’une déclaration du Préfet du département de la Manyu, Joseph Oum II.

Foyer de tensions

Pour rappel, la localité de Mamfé est le théâtre d’attaques et de combats opposant, depuis 2017, des groupes armés séparatistes aux Forces de Sécurité et de Défense dans les régions du Sud-ouest et du Nord-ouest.

Déjà, le maire de la commune Mamfe a été tué le 10 mai 2020 par des miliciens sécessionnistes. Prisley Ojong avait alors été assassiné dans une embuscade, en compagnie de son chauffeur et deux militaires.

L’attaque de jeudi intervient dans un contexte de regain de tensions dans les deux régions. Dans la journée de mercredi 8 juin 2022, deux fonctionnaires du ministère du Commerce ont été pris pour cible dans les rues de Bamenda, la capitale régionale du Nord-Ouest. L’un d’eux a perdu la vie sur le coup, tandis que le second a été grièvement blessé et pris en charge dans une formation hospitalière de la ville.

Attaque contre un poste de Gendarmerie

La veille, mardi 7 juin, des hommes armés ont attaqué un poste de gendarmerie dans la localité de Kouoptamo, département du Noun, à la frontière entre les régions de l’Ouest et du Nord-Ouest. Un tir d’obus a détruit le batiment et provoqué un incendie. L’échange de tirs nourris a fait au moins 5 morts dans les rangs des gendarmes en faction.

Share:

Avatar

editor