Ces jeunes ont été arrêtés en janvier 2019 lors d’une marche pacifique du parti. Ils ont été ensuite condamnés dans le cadre du mouvement d’humeur survenu dans la prison centrale de Kondengui.

Dix militants du Mouvements pour la renaissance du Cameroun (Mrc) ont recouvré la liberté le 3 et le 4 novembre 2020. Ils sont ainsi libres après 23 mois passés à la prison centrale de Yaoundé. Parmi ces personnes il y a Wilfried Siewe ; Christophe Tatchoua, Serges Thomas Yemga, Serges Nana Branco etc. Ces jeunes ont été arrêtés le 28 janvier 2019 lors d’une manifestation pacifique organisée par le Mrc dans le cadre de l’opération « Holp-up », dont l’objectif était de contester les résultats de l’élection présidentielle d’octobre 2018. Les 10 militants avaient été écroués à la prison de Kondengui pour rébellion et tentative d’insurrection.

Pendant leur détention en prison dans le cadre des manifestations organisées par le Mrc, un mouvement d’humeur est survenu le 23 juillet 2019 à la prison centrale de Kondengui. Ledit mouvement d’humeur avait occasionné la destruction de plusieurs biens matériels. Certains détenus parmi lesquels ceux du Mrc ont été presentés comme les auteurs dudit mouvement. Ils ont été jugés au tribunal de première instance d’Ekounou et condamnés pour rébellion en groupe pour les peines allant d’un an à deux ans.

Raison pour laquelle ces jeunes sont restés en prison après la décision prise le 4 octobre 2019 par le président de la République, décision portant arrêt des poursuites à l’encontre des militants du Mrc. Après leur condamnation, la Cour d’appel du centre avait été saisie. C’est au cours du procès en appel que les peines décidées par le tribunal d’Ekounou ont été réduites.

Le flux rss de camer.be

Share:

Florelle Sateu

editor