Le défunt aurait copieusement été battu par les vigiles de finexs voyage, pour une histoire de 100 FCFA.

L’insuffisance de la petite monnaie au Cameroun entraîne des conséquences tragiques. Pour une affaire de 100fcfa, un gendarme a perdu la vie à l’agence Finexs Douala, sis à la Douche municipale d’Akwa. En effet, son collègue et lui auraient copieusement été battus par les vigiles de cette compagnie de voyage, entre minuit et 3 heure le 23 juillet 2020. Un témoin raconte le déroulement de la scène : « En attendant le départ de leur bus pour Yaoundé, les deux gendarmes sont allés se soulager dans les toilettes de l’agence. Sortant de là, ils n’avaient pas les pièces sur eux pour payer chacun les 100 FCFA liés à l’usage des toilettes. Ils ont demandé en vain aux vigiles de Finexs qu’on leur donne le temps d’aller faire la monnaie. Ce refus a déclenché des échauffourées pendant lesquelles des agents de Finexs ont sauvagement tabassé les gendarmes ». C’est dans ces échanges de coups musclés que l’un des gendarmes aurait succombé. Son binôme a été admis sous soin intensif dans un centre hospitalier de la capitale économique.  

Au petit matin, un groupe d’homme en tenu a pris d’assaut les locaux de Finexs voyage, pour mettre la main sur les suspects du crime. Comme à l’accoutumé, une enquête est ouverte pour y voir plus clair. Les sources fiables racontent que les deux gendarmes revenaient d’une mission à Buea, dans la région du Sud-Ouest Cameroun.

En effet, la petite monnaie est devenue une denrée rare au Cameroun, depuis plus de deux ans, avec la vulgarisation des machines à sous.  Cet appareil électronique de jeux de hasard n’admet que les pièces de 100 FCFA ou de 50 FCFA. Plusieurs Africains de la zone CEMAC se sont donnés corps et âme à ce jeu et l’absence de la petite monnaie s’est fait ressenti dans tous les secteurs de la société. « La rareté des pièces de monnaie bloque énormément les transactions financières et certaines activités. Le matin, il est difficile d’emprunter un taxi car le conducteur vous dit qu’il n’a pas de monnaie pour votre billet de banque ou bien pour votre pièce de 500 francs CFA. Au marché, nous vivons ce même calvaire », explique Asta Djam, une ménagère.  

En essayant de comprendre les origines de cette extraordinaire pénurie, plusieurs réseaux entretenus par des ressortissants chinois, ont été démantelés dans le pays.  Le gouvernement a réagi en annonçant « la mise en circulation de ces unités de monnaie au courant du mois de novembre 2019 », assurait Abbas Mahamat Tolli, le gouverneur de la BEAC. Plus de 10 mois après cette promesse, le calvaire de la population reste idem, ou même encore insupportable, car il y’a mort d’homme. A cause de ce manque criard, commerçants et clients se bagarrent dans les marchés; Passagers et chauffeurs sont en désaccord. Et voici, un gendarme, dont le but est de faire appliquer la loi en protègent les biens et les personnes, serait passé de vie à trépas. Quelle tragédie insolite?

Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *