A ce jour, selon l’Unesco, sur les 549 éléments inscrits sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, l’Afrique centrale en compte seulement deux

 

Si le Nguon (festival annuel du peuple Bamoun, à l’Ouest-Cameroun) est retenu par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) dans les listes du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, l’Afrique centrale comptera désormais trois éléments sur les 549 actuellement inscrits dans ce répertoire des pratiques et expressions culturelles représentatives des communautés du monde.

A ce jour, “seuls la musique polyphonique des pygmées Aka de Centrafrique et les Tambours du Burundi constituent les deux uniques éléments du portefeuille de la sous-région Afrique centrale”, d’après l’Unesco.

Le Cameroun – à travers le ministère des Arts et de la Culture – a lancé la communication sur sa candidature pour l’inscription du Nguon le 06 novembre dernier. Dans la sous-région, une autre candidature a été enregistrée par le Bureau régional de l’Unesco pour l’Afrique centrale: celle de la Rumba congolaise, présentée conjointement par le Congo-Brazzaville et la République démocratique du Congo.

Ces candidatures seront peut-être soumises en 2021, l’Unesco ayant déjà établi les dossiers 2020, qui seront discutés par le Comité du patrimoine mondial lors de sa 15e session en décembre.

Cet article Avec le Nguon, le Cameroun espère relever la représentation de l’Afrique centrale au patrimoine culturel de l’humanité est apparu en premier sur Journal du Cameroun.

Read More
Journal du Cameroun

Share:

Avatar