Des associations de spiritualité mariale et de dévotion à Saint Joseph du Cameroun œuvrent au quotidien pour que les couples chrétiens respectent leur engagement à la fidélité.

Combattre l’infidélité, c’est la tâche que se sont assignés de nombreux groupes de prière catholique au Cameroun. Dans ce pays d’Afrique centrale, dans les conseils familiaux où l’on traite des difficultés liées à la vie conjugale, l’infidélité est souvent évoquée.

Paul Émile Elong, greffier de justice dans un tribunal de Yaoundé, confirme. « Dans la plupart de nos juridictions, lorsque nous traitons des problèmes de divorces, les plus grandes causes sont liées au manque de fidélité dans les couples en voie de séparation. Il est parfois dramatique de voir comment des couples chrétiens qui se sont promis fidélité devant le maire et à l’église se déchirent du fait de l’infidélité ».

Pour combattre ce phénomène, de nombreuses associations catholiques du Cameroun travaillent non seulement pour la convivialité au sein des couples, mais surtout pour les aider à vivre leur fidélité. Parmi elles, l’association Saint-Joseph de la paroisse Christ-Roi de Tsinga dans le diocèse de Yaoundé qui se réunit tous les mercredis.

Serge Nya Wandji, son responsable, explique. « À l’image de Saint Joseph, époux de Marie, nous écoutons beaucoup les couples qui sont en difficulté. Notamment quand l’un des conjoints se plaint du manque de fidélité de son partenaire de vie. Nous prions par la suite ensemble avec les deux conjoints quand ils en conviennent. Sinon, nous nous tournons vers le conjoint accusé d’infidélité. Nous l’écoutons et lui rappelons la nécessité de la prière pour sortir de sa situation d’époux ou d’épouse infidèle. La prière est notre arme principale ».

Ensemble dans la fidélité

Marie Clémentine Owona est membre de la Légion de Marie à la paroisse Notre-Dame-des-Champs de Mbandjock, dans le diocèse d’Obala, dans le Centre du Cameroun. Dans cette paroisse, la Légion de Marie s’occupe des questions de réconciliation au sein des couples divisés par l’infidélité.

« Ma mission au sein du groupe porte sur l’écoute des couples en difficulté à cause des soupçons d’infidélité, explique-t-elle. Avec deux ou trois sœurs nous allons à la rencontre de la personne accusée d’infidélité par son conjoint ou sa conjointe. À l’image de ce qui est dit dans l’Évangile, nous lui parlons dans le secret. Nous prions avec elle, en demandant l’intercession de la Sainte Vierge Marie, épouse fidèle. Si elle ne nous écoute pas, nous l’invitons en communauté pour discuter avec elle et nous nous mettons en prière ».

Geneviève Tagam est membre de l’Association du Très-Saint-Rosaire dans le diocèse de Nkongsamba. Selon son témoignage, dans le groupe où elle prie à la paroisse de Melong, une ville située à l’ouest de la région du Littoral, sa pastorale a toujours consisté à prier le rosaire chaque jour pour que les femmes du groupe et celles du diocèse vivent la fidélité de leur engagement conjugal.

« Lorsqu’on parle de fidélité au sens chrétien, il s’agit d’un engagement librement consenti devant Dieu et les hommes, à l’image de Joseph qui écoutait beaucoup, et qui est resté silencieux face à la volonté de Dieu de faire de lui le tuteur de notre Seigneur Jésus-Christ, analyse-t-elle. Mais aussi à l’image de Marie, notre mère, qui face à l’ange, pose des questions intelligentes. Nous invitons les chrétiens et les hommes de bonne volonté à suivre cet exemple. Parce que dans notre société, l’infidélité apporte les maladies dans le couple, la division, le manque de cohésion ».

Enfin, la communauté de prière charismatique Colonne de feu, installée au Cameroun depuis près de 40 ans, travaille beaucoup sur le concept de « Communauté de vie ». Ses membres, qui sont mariés, sont, chaque jour, accompagnés dans leur vie de couple, afin que chacun s’engage à vivre la fidélité évangélique dans sa vie avec l’autre.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar