Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Les ambassadeurs de France et de l’Union Européenne au Cameroun ont déploré l’assassinat du sénateur Henry Kemende. Les deux diplomates ont demandé que les auteurs de cette attaque répondent de leurs actes devant la justice.

Au lendemain de la mort du sénateur Henry Kemende Gamsey à Bamenda, les chancelleries européennes ont vivement réagi. Sur Twitter, L’Ambassadeur de France au Cameroun a regretté la mort de l’homme politique. « Toutes mes condoléances à la famille du Sénateur H. Kemende, lâchement assassiné cette nuit à Bamenda », a écrit Christophe Guilhou. Le diplomate français a ensuite souhaité « que toute la lumière soit faite sur ce drame et que les responsables répondent de leurs actes ».

Dans la foulée, le Chef de la Délégation de l’Union Européenne au Cameroun a réagi dans le même sens. Philippe Van Damme a annoncé avoir « obtenu confirmation de l’exécution de sang-froid, par des personnes armées non étatiques, de l’honorable H. Kemende, sénateur et avocat, à Bamenda ». Après avoir dénoncé un « crime horrible », il a demandé que « les personnes responsables doivent être persécutées et que justice soit rendue ».

Des sécessionnistes impliqués

C’est la première fois qu’un élu est tué depuis le début de la crise sécuritaire à l’ouest du Cameroun. Dans la nuit du 11 au 12 janvier 2022, de présumés séparatistes ont blessé mortellement le sénateur Kemende. Ce dernier se trouvait alors dans son véhicule au lieu-dit Mile 2 Junction, à Bamenda.

Dans le parti du défunt, le Social Democratic Front (SDF, opposition), on pointe du doigt des combattants de groupes sécessionnistes. « Nous pensons aujourd’hui que d’une façon ou d’une autre, les sécessionnistes sont impliqués et nous avons des informations qui indiquent qu’il a été suivi de chez lui jusque-là où il a été tué », a déclaré, sur RFI, le Vice-Président du SDF, Joshua Osih.

Share:

Avatar

editor