Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Un député est protégé par l’immunité judiciaire et l’inviolabilité parlementaire, mais n’a pas droit au non-respect des actions LÉGALES des forces de sécurité », à en croire l’homme politique hilaire kamga ;

L’immunité judiciaire implique que le député ne peut être poursuivi en justice pour les actes posés dans l’exercice de ses fonctions. L’inviolabilité parlementaire quant à elle, veut dire que le député ne peut être poursuivi en justice durant son mandat pour des actes posés en dehors de ses fonctions. Pour que ces privilèges soient levés, il faudrait que son immunité parlementaire soit retirée par l’Assemblée nationale.

Revenons sur les faits

La députée du Parti camerounais pour la Réconciliation nationale (Pcrn) Nourane Foster a eu une vive altercation avec deux policiers le 20 juillet 2021 à Bafoussam. La vidéo de ces échanges violents a rapidement envahi la toile, inspirant des analyses diverses à différentes personnalités. Selon l’homme politique Hilaire Kamga, « l’immunité parlementaire ne donne droit au non-respect des actions LÉGALES des forces de sécurité ». Paradoxalement Il ne justifie pas ni ne défend l’attitude du policier, mais estime que les camerounais font preuve d’une indignation sélective.

Violence policière quasi quotidienne et inadmissible

Pour lui, les policiers font preuve de brutalité sur les camerounais non connus dans la scène publique tous les jours. Pour le cas présent, il se demande si le fait choque parce qu’il s’agit d’une femme, d’un député de la nation, de quelqu’un d’en haut. « Cette violence policière est quasi quotidienne sur les citoyens Lamda. Le recyclage d’une bonne partie de cette police du 237est urgent »,

Toutefois, Mamadou Mota le premier vice-président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (mrc)  affirme qu’il est inacceptable de s’attaquer à un député. « J’exige des sanctions du chef de la police à l’endroit de tous ces éléments de la police, c’est inadmissible… », insiste-il.

Par Florelle Sateu Johanne Annick NAWELE MBEZA

Share: