Ils entendent protester contre l’arrestation programmée de 15 d’entre eux suite aux incidents du 10 novembre dernier dans une salle d’audience de Douala.

Dès le 30 novembre, et ce jusqu’au 4 décembre 2020, le port de la robe noire pour les avocats du Cameroun est suspendu. Dans le même intervalle, toutes les « interventions devant les juridictions statuant en matière criminelle à tous les degrés et juridiction y compris la Cour suprême et le Tribunal criminel spécial et les juridictions statuant en matière de contentieux électoral, y compris le Conseil constitutionnel » sont suspendues.

De plus, les avocats renoncent aux hommages judiciaires initialement prévus à la Cour d’appel et à la Cour suprême du Cameroun pour l’ancien Bâtonnier Charles Tchakoute Patie.

Toutes ces résolutions ont été adoptées au terme de la session extraordinaire du Conseil de l’Ordre tenue ce 21 novembre à Yaoundé. Session convoquée par Claire Atangana Bikouna, Bâtonnière par intérim.

Les avocats entendent ainsi protester ce qu’ils appellent « une persécution programmée des avocats transformés en délinquants ».

En effet, la colère des avocats fait suite aux incidents du 10 novembre 2020 au Tribunal de première instance de Douala-Bonanjo, au cours desquels les avocats ont été gazés par la police entrée dans la salle d’audience, alors qu’ils s’opposaient à la mise en détention de deux d’entre eux.

Après ces incidents, le procureur de la République près ledit tribunal a « instruit l’interpellation d’un total de 15 avocats, tantôt comme victimes, tantôt comme témoin de la barbarie du 10 novembre », s’offusque l’Ordre.

Deux d’entre eux ont déjà été arrêtés. Il s’agit de Tristel Tamfu Ngarka et de Armel Tchuenmegne Kenmegne ; interpelés « sans convocation préalable ni mandat, appréhendés à l’avantage de guet-apens tendu par les éléments de la Division régionale de la police judiciaire du Littoral ».

C’est la deuxième fois cette année, après mars dernier, que les avocats engagent un mouvement d’humeur dans les tribunaux pour protester contre les entraves du régime à leur profession.

Cet article Affaire du TPI de Bonanjo : les avocats lancent un mouvement de grève dès le 30 novembre 2020 est apparu en premier sur Journal du Cameroun.

Read More
Journal du Cameroun

Share:

Avatar