Onglets principaux

Politique

Cameroun - Bare Baken (Moungo): Les militants du RDPC bravent une interdiction du sous-prefet pour manifester


Pour manifester leur soutien au Président de la République dans le cadre du 32ème anniversaire de son accession au pouvoir, jeudi, 6 novembre 2014, les militants du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) de Bare Bakem ont du braver une interdiction du sous-préfet de la localité...
612 vues
11/30/1999 - 00:00
Charles NSANA
admin


Pour manifester leur soutien au Président de la République dans le cadre du 32ème anniversaire de son accession au pouvoir, jeudi, 6 novembre 2014, les militants du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) de Bare Bakem ont du braver une interdiction du sous-préfet de la localité.


L’autorité administrative, Prosper Abah Abah prenait cette décision à cause des tensions politiques qui secouent cette petite localité située dans le Département du Moungo.


Martin Tchamba, ancien maire de la localité, très en colère après cette mesure était la tête de file de ces manifestants qui ont défié le chef de terre. « Nous avons l’habitude de célébrer à Bare. Nous commençons la marche à Baré et nous terminons à Bare. Aujourd’hui, pour une fois que nous avons bien mobilisé la population, j’ai été surpris qu’on dise que la marche est interdite à Bare. Vraiment, je suis navré, je suis surpris », a fustigé l’ancien magistrat municipal chez nos confrères de Radio Equinoxe.


Les militants n’ont pas apprécié qu’on leur demande d’aller défiler plutôt à Melong, un arrondissement voisin. « Melong ne s’est jamais déporté à Bare pour défiler, Bare ne doit pas aller défiler à Melong.


Les membres du Comité Central y compris le président de la section dont le siège se trouve à Melong, viennent d’abord pour la cérémonie à Bare. Pendant qu’ils se déportent à Melong, nous faisons notre marche ici dans l’arrondissement. Je ne sais pas pourquoi aujourd’hui, on nous interdit la marche et on nous demande de nous déporter à Melong », s’interroge un autre militant.


Les militants demandent au sous-préfet de ne pas s'ingérer dans leurs affaires politiques. « Le sous-préfet est un administrateur, il ne doit pas se mêler de nos affaires, il faut qu’il nous laisse », a prévenu Martin Tchamba. Les autorités administratives ont quand même laissé faire.




Wiliam Tchango | Cameroon-Info.Net

Étiquettes: