Onglets principaux

Santé

Cameroun : Des progrès sanitaires lents

Selon une étude, les progrès ont été lents dans le secteur de la santé, en particulier pour les femmes entre 1990 et 2015.
464 vues
06/22/2019 - 12:01
lucien embom
Journaliste

Durant cette période, le taux de mortalité maternelle au Cameroun a peu baissé. Il est passé de 728 à 596 décès pour 100.000 naissances vivantes. Ce taux est nettement supérieur à la moyenne de l'Afrique au Sud du Sahara (474). Le pourcentage de naissances prises en charge par des personnels qualifiés demeure faible (65 %). La prévalence du VIH chez les femmes, 5,6 % en 2016, est presque deux fois supérieure au taux observé chez les hommes.

Piètre situation sanitaire

De plus, le taux de fertilité est de 4,7 enfants par femme, en raison d'une planification familiale non satisfaite élevée (24 % des femmes mariées) et du faible recours aux moyens modernes de contraception, surtout en zone rurale. La violence envers les femmes est endémique, puisque 51 % des femmes déclarent avoir été victimes de violences physiques ou sexuelles au moins une fois dans leur vie (OCDE). 

Des dépenses de santé faibles et peu efficientes contribuent à une piètre situation sanitaire. Les dépenses de santé au Cameroun ne sont que de de l’ordre de 1,2 % du PIB en 2015, soit moins que la moyenne subsaharienne (2,3 % du PIB). Les salaires représentent environ 1/5 du budget total de la santé. En 2016, 44 % du budget hors salaires a été dépensé au niveau central (contre 22 % en 2014).

Déperditions massives

Les établissements de soins primaires sont mal-financés en raison de déperditions massives. Ils reçoivent moins de 50 % des fonds qui leur sont destinés. Ainsi, la contribution aux dépenses de santé à la charge des patients est plus élevée que dans les pays pairs. La répartition régionale inégale des dépenses de santé contribue à de fortes disparités dans la situation sanitaire des régions.

 

 

 

 

nike air max 1 kids

Étiquettes: