Onglets principaux

Politique

Cameroun- Crise anglophone : Bamenda incertaine après la levée du couvre-feu.

Le gouverneur de la région du Nord-Ouest a signé le 14 Juin 2019, la levée du couvre-feu après pratiquement dix mois d’application de cette mesure. Malgré cela, la ville de Bamenda continue de vivre dans l’incertitude, craignant de nouveaux affrontements.
517 vues
06/18/2019 - 17:40
Christian-ESSIMI
Christian ESSIMI
Rédacteur web
Cameroun- Crise anglophone : Bamenda incertaine après la levée du couvre-feu.

La ville de Bamenda n’a toujours pas retrouvé sa joie de vivre d’antan. Malgré la levée du couvre-feu nocturne intervenue le 14 Juin 2019, les rues et autres artères de la capitale de la Région du Nord-Ouest, restent encore désertes entre 18h et 06h du Matin. Mis à part quelques groupuscules de personnes, notamment les jeunes, qui se distinguent çà et là au niveau des carrefours et autres points reconnus jadis comme mouvementés de la ville, rien d‘autre n’est à signaler. Les populations restent visiblement habitées par la hantise des attaques des groupes séparatistes, dont elles sont victimes depuis de longs mois. « J’ai entendu parler de la levée du couvre-feu, mais moi je ne peux pas prendre le risque de sortir dans la nuit. Car ce n’est pas rassurant. Nous sommes toujours en insécurité ici », déclare un habitant de la ville de Bamenda.

Le peu d’engouement observé autour de la nouvelle mesure édictée par l’autorité administrative de la région du Nord-Ouest pourrait s’expliquer au moins pour trois raisons :

·        La levée du couvre-feu initiée par le gouverneur Adolphe LELE LAFRIQUE, le 14 Juin 2019   n’est pas assortie à de nouvelles mesures de sécurité pouvant rassurer les populations. Car, en vigueur depuis pratiquement dix mois, le couvre-feu, visait essentiellement à contrôler les mouvements et déplacements de la population entre 18h et 06h, aux fins de prévenir d’éventuels assauts. En levant cette mesure, le risque des attaques augmente du fait de la confusion que pourraient générer ces mouvements au sein de la   population cible. Le communiqué du Gouverneur étant muet sur la question, c’est le flou total.

·        La situation sécuritaire au niveau des deux régions anglophones en crise n’est toujours pas véritablement maitrisée par les autorités locales. Au lendemain de l’annonce de la levée du couvre-feu, quatre policiers ont été tués et six autres blessés dans un attentat à l’engin explosif dans la région voisine du Sud-Ouest. Selon le Ministre de la Communication, René Emmanuel SADI, ces éléments des forces de sécurité auraient roulé sur une mine posée dans la ville d’Eyumojock, dans le département de la Manyu.

·        La déportation massive des personnes occasionnée par cette crise, vers des zones plus stables socialement. International Crisis Group dénombre depuis le début de cette crise, 530.000 déplacés internes et des dizaines de milliers de réfugiés. Ce qui a véritablement vidé Bamenda de sa population, plombant au passage l’économie locale qui s’est retrouvée à la traine. Des magasins ont fermé, des établissements de loisirs ont été détruits, tout ou presque est en ruine, Bamenda est quasiment à genoux.

Aujourd’hui donc, la ville est en quête d’un mieux-être. Elle recherche son âme perdue que la levée du couvre-feu à elle seule ne suffira pas à lui ramener. Encore faudrait-il qu’elle s’accompagne de mesures incitatives de retour à la paix, au nom de la quelle cette décision aurait été prise. Et ça, ce n’est pas du tout gagné.

Lire aussi :

https://237cameroun.online/fr/actualit%C3%A9s/cameroun-le-couvre-feu-lev%C3%A9-dans-le-nord-ouest

https://237cameroun.online/fr/CRISE-ANGLOPHONE-Paul-Biya-ne-veut-d-aucune-ing%C3%A9rence

https://237cameroun.online/fr/politique/cameroun-le-premier-ministre-en-mission-de-paix-dans-le-sud-ouest

 

 

 

 

 

Air Max 20K T8 Shoes

Étiquettes: