Onglets principaux

Actualités

Cameroun : Trois civils tués dans une attaque de Boko Haram

Au moins trois civils ont été tués au cours d’une attaque attribuée au groupe terroriste dans un village situé dans la région de l’Extreme-Nord, dans la nuit de jeudi à vendredi 15 mars 2019
427 vues
03/15/2019 - 16:52
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

L’offensive des djihadistes a eu lieu dans la localité de Sandawadjiri, dans à l’Extrême-Nord, près de la frontière avec le Nigéria voisin, d’où seraient partis les terroristes. Au moins trois villageois ont été tués dans l’attaque de Boko Haram dans la nuit de jeudi à vendredi, a appris l’agence Anadolu, auprès de sources sécuritaires. « Les victimes sont des déplacés » d'une zone frontalière de la région qui avaient fui redoutant des exactions de Boko Haram, a confié une source citée par l’AFP.

« Les militaires de la Force Mixte de lutte contre Boko Haram ont menés un ratissage dans le coin et ont récupérés plusieurs bœufs que les combattants avaient volés à ces villageois lors de leur incursion », a indiqué à Anadolu, le Général Bouba Dobekréo, commandant du secteur 1 de la Force Mixte Multinationale.

La veille, mercredi, Trois élèves ont été tués dans l’explosion d’une mine à Gambaru, autre localité de la région de l’Extrême-Nord ciblée par les attaques du groupe terroriste. « De passage pour l’école, ils ont ramassé l’engin explosif, qu’ils ont naïvement manipulé. La mine a explosé tuant les trois élèves », avait alors expliqué le Gouverneur de la région, Midjiyawa Bakary. Une mine probablement placée là par les djihadistes, au cours d’une précédente incursion.

Des circonstances tragiques qui rappellent que Boko Haram demeure dangereux. Et ce, malgré son affaiblissement considérable dû aux actions conjointes des éléments de la Force multinationale mixte, réunissant les pays du Bassin du Lac Tchad.

Selon un rapport de l’ONU publié en décembre 2018, les attaques du groupe djihadiste a causé la mort de plus de 20.000 personnes au Nigéria, au Tchad, au Cameroun, ou encore au Niger. Alors que près de près de 2,6 millions de déplacés ont dû fuir leur foyer.

Étiquettes: