Onglets principaux

Politique

Cameroun : Le gouvernement soutient la Réponse Humanitaire en RCA

La question était inscrite au coeur de la séance de travail du 18 janvier 2019 à Yaoundé, conduite par son excellence Virginie Balkoua et Najat Rochdi.
531 vues
01/19/2019 - 11:41
lucien embom
Journaliste

Les assises de Yaoundé ont permis de présenter les derniers développements humanitaires et le Plan de Réponse Humanitaire (PRH) lancé le 07 janvier 2019. Selon la Ministre de l’Action Humanitaire et de la Réconciliation Nationale de la République Centrafricaine, son excellence Virginie Balkoua, la crise centrafricaine a éclaté en 2012. Depuis le déclenchement de la crise, l’Etat du Cameroun soutient le régime de Bangui.

Les autorités camerounaises ont aménagé des camps pour accueillir les réfugiés centrafricains. La Ministre Virginie Balkoua salue le soutien du gouvernement camerounais. Madame Balkoua signale tout de même que le financement de la Réponse Humanitaire en Centrafrique est en baisse depuis 2014. Cette année, il faut une somme de 430 millions de dollars pour couvrir les besoins humanitaires de la République Centrafricaine.

De l’avis de la Coordinatrice Humanitaire pour la République Centrafricaine (RCA), Najat Rochdi le pays de Faustin Archange Touadera est dangereux pour les humanitaires. 06 travailleurs humanitaires ont été assassinés et 387 incidents ont touché les agents humanitaires en 2018. Malgré les difficultés rencontrées sur le terrain, on a observé des avancées. L’année dernière, 1 million de Centrafricains ont eu droit à l’assistance humanitaire.

 240.000 individus ont pu rejoindre leurs foyers et 700.000 personnes ont bénéficié des points d’eau potable. 63% de la population est en situation d’assistance humanitaire. La plupart des Centrafricains sollicitent la protection maximum contre les bandes armées.  Beaucoup de sites de déplacés ont été saccagés. 1,6 million de Centrafricains ont besoin d’aide humanitaire. 10 préfectures de la République Centrafricaine souffrent de malnutrition.

200 infrastructures sanitaires ont été impactées par la crise. 340 écoles ne fonctionnent plus. Plusieurs sites de déplacés sont paralysés et l’accès à l’eau potable est devenu très difficile. La séance de travail du 18 janvier 2019 a regroupé le corps diplomatique accrédité dans la capitale camerounaise Yaoundé, les responsables des agences du système des Nations Unies, les Organisations Non Gouvernementales et la presse.

Étiquettes: