Onglets principaux

Société

Cameroun : L'électricité peu accessible aux populations

En dépit de la légère amélioration du service rendu en 2017, l’électricité demeure peu accessible aux populations urbaines et rurales.
915 vues
12/18/2018 - 11:46
lucien embom
Journaliste

Les coupures électriques sont toujours observées sur le territoire national. Beaucoup de villages restent non électrifiés. L’amélioration du service est tributaire du nombre de chantiers réalisés. Pour réduire le volume des désagréments, les pouvoirs publics ont déjà conduit 482 chantiers. On note entre autres, l’achèvement de 03 barrages hydro-électriques, l’installation de 03 centrales thermiques et l’électrification de plus de 2014 localités.  

La finalisation de certains chantiers en cours dont la mise en œuvre a connu une avancée significative en 2017, pourra permettre de réduire davantage le déficit électrique au Cameroun. Il s’agit principalement du barrage hydro-électrique de Lom Pangar dont le barrage de retenue a été livré le 30 juin 2017, du barrage de Memve’ele et du barrage de Mekin. Le lancement effectif en 2017, des travaux de construction d’autres centrales est porteur d’espoir.

A titre d’exemples nous avons les centrales hydro-électriques de Bini à Warack, de Nachtigal Amont et l’usine de pied du barrage de retenue de Lom Pangar. Selon le Ministre de l’Eau et de l’Energie, Gaston Eloundou Essomba, ces outils vont renforcer la fourniture en électricité des différents réseaux et accroître la capacité de production électrique du Cameroun. En 2017, cette capacité s’élevait à 1371 MW pour un taux moyen fixé à 65,05%.

Au Cameroun, les activités du service public de l’électricité sont assurées par divers acteurs. L’Etat en est le pourvoyeur, Energy of Cameroon (ENEO) le distributeur, la Société Nationale de Transport de l’Electricité (SONATREL) le transporteur, Electricity Development Coorporation (EDC) le gérant du patrimoine de l’Etat et l’Agence de Régulation du Secteur de l’Electricité (ARSEL), le régulateur.

 

Étiquettes: