Onglets principaux

Education

Cameroun : la pénurie de livres persiste dans les librairies.

Les librairies sont toujours en attente de la livraison de la totalité des nouveaux manuels scolaires  et les parents s’inquiètent de savoir si leurs enfants seront au complet pour le début des classes.
942 vues
09/04/2018 - 16:14
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Suite à la décision du Premier Ministre instituant l’unicité des manuels sur toute l’étendue du territoire camerounais, les éditeurs ont mis la main à la pâte pour la production de ces manuels. Les parents, parfois accompagnés de leurs enfants, se précipitent dans les librairies, une liste à la main pour la plupart, afin de se procurer les nouveaux livres au programme. Cependant, la totalité des manuels inscrits sur ces listes n’est pas toujours disponible.

A la librairie Saint-Paul de Yaoundé, M. MOSE Anatole, l’un des responsables, nous confie son avis sur la question. Le libraire félicite l’initiative du Gouvernement camerounais d’instituer un manuel unique par matière dans tout le pays. Bien que ceci leur soit préjudiciable au niveau de la rentabilité à cause des anciens stocks, il affirme que cette décision va réduire considérablement le coût de l’éducation car les nouveaux manuels sont à la portée du camerounais moyen.

 Cependant, il nous confie son inquiétude quant à la disponibilité de la totalité de ces manuels. « Jusqu’ici seulement une partie des nouveaux manuels a été mise à notre disposition, ce depuis le lundi 27août 2018, soit une semaine avant la date de début de la rentrée scolaire 2018/2019 », confie-t-il. Ceci justifie certainement cette grande affluence que nous observons cette année, plus que par les années antérieures, à la veille de la rentrée scolaire dans nos librairies. Il ajoute que « l’autre partie est encore en attente de livraison et aucune certitude n’est établie quant à sa date de livraison. »

Le libraire clos son propos avec une préoccupation : celle de ne pouvoir satisfaire complètement ses clients à cause cette pénurie. Ce vent de panique ne touche pas que les libraires, mais aussi les parents, qui craignent que le suivi de leurs enfants soit biaisé aussi bien à la maison qu’à l’école. Soulevant le fait que si le livre de l’apprenant  est manquant, il ne peut qu’en être de même celui pour de l’enseignant.

Pascale SIBEKONO (Stagiaire)

Étiquettes: