Onglets principaux

Politique

Cameroun - Présidentielle 2018 : 38.000 handicapés aux urnes

C’est ce qui ressort de la communication que la Plateforme Inclusive Society a donné le 16 août 2018 à Yaoundé en prélude au scrutin présidentiel.
783 vues
08/18/2018 - 11:57
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Selon le directeur exécutif de la Plateforme, François Kenfack, les personnes handicapées se sentent un peu délaissées. Il reconnaît tout de même que des actions sont menées depuis 2011 pour promouvoir des élections inclusives au Cameroun. Ces actions sont matérialisées entre autres, par la sensibilisation et la mobilisation des personnes handicapées à s’inscrire sur les listes électorales, à retirer leur carte d’électeur et à se rendre effectivement aux urnes.

On peut associer à ce package, le renforcement des capacités des personnes handicapées sur les thématiques variées et les actions de plaidoyer pour une meilleure prise en compte de l’approche handicap au sein des instances décisionnelles. Des efforts ont abouti à l’inscription de plus de 38 000 personnes handicapées sur le fichier électoral et la nomination d’un sénateur handicapé suppléant en ma personne de Robert Oyono.

De l’avis de François Kenfack, il faut voter des lois permettant l’épanouissement de personnes handicapées au Cameroun. Cette catégorie de citoyens aimerait être représentée à tous les niveaux de responsabilités. La Plateforme Inclusive Society souhaite que les personnes frappées de déficience ne soient plus victimes de discrimination. Elle propose que les handicapés aient un nombre de places précis au Parlement, dans les ministères et les mairies.

La Plateforme regrette qu’aucun handicapé n’ait eu à se présenter à la Présidentielle 2018. D’après le sénateur Robert Oyono, l’Etat peut par un simple jeu d’écriture payer la caution de 30 millions FCFA en faveur d’un candidat handicapé au scrutin présidentiel. Il souligne que lors du recrutement des 25.000 jeunes à la Fonction Publique, les personnes handicapées devaient bénéficier de 2.500 places. Finalement, seulement 400 ont été recrutées après soulèvement.

Lucien Embom 

Étiquettes: