Onglets principaux

Politique

Cameroun : Des chefs traditionnels Bakweri libérés dans la région du Sud-Ouest

Le retour de captivité de ces gardiens de la tradition s’est déroulé les 30 et 31 juillet 2018 dans la région du Sud-Ouest.
1,150 vues
08/02/2018 - 13:53
Christine MBENGONO
rédactrice Cameroun-online
libération-chef-traditionnel-bakweri-cameroun.jpg

Cette libération vient mettre fin à deux semaines de calvaire. Six otages ont recouvré la liberté dans la journée de lundi. Le dernier a été libéré hier mardi. Lors de l’enlèvement des chefs traditionnels du Fako, ils étaient au nombre de huit. Mais malheureusement l’un d’entre eux, le chef Mbanda de Lysoka a été liquidé en captivité. Tout le monde s’interroge sur les motifs et les circonstances de cette élimination physique.

Une vidéo a circulé le mois dernier sur internet. Dans cette vidéo, Johnson Njombe Njoke, chef du village de Wolaka appelait le gouvernement camerounais à reporter la Présidentielle de 2018 jusqu’à ce que la crise anglophone soit résolue. Les chefs traditionnels libérés ont été enlevés par des hommes armés. C’était au cours des agressions perpétrées dans huit villages du département du Fako.

Les chefs traditionnels du Sud-Ouest sont des interlocuteurs valables dans le processus de résolution de la crise anglophone. Ils font partie des remparts susceptibles d’effacer le courant sécessionniste qui traverse actuellement les régions anglophones du Cameroun. Les chefs de villages ont toujours invité leurs sujets englués dans les actes de terrorisme à cesser toute activité. Une position que les sécessionnistes ne partagent pas.

La libération des chefs bakweri est intervenu au moment où une marche arpentait les artères de Buea. Cette marche que d’aucuns qualifient de marche des Bakweri, s’est tenue à l’initiative du maire Patrick Ekema. Elle visait deux objectifs principaux. Primo, l’opposition à la conférence des anglophones que prône le cardinal Christian Tumi. Secundo, l’attachement indéfectible des populations du Sud-Ouest aux institutions républicaines.   

©Lucien Embom  

 

Étiquettes: